1. Observez les quatre principes qui vous guideront au long de ce challenge.
  2. Six chapitres à inclure dans votre business plan
  3. Le résumé
  4. Les opportunités
  5. L’implémentation
  6. Les étapes clés et les indicateurs
  7. L’équipe et la société
  8. Le plan financier
  9. Les appendices

Votre business plan est une stratégie toute entière où vous étudiez comment exécuter votre projet commercial. Que vous deviez lever des fonds pour un nouveau projet ou faire grandir votre entreprise, il vous faut un business plan solide pour faire bonne impression auprès des investisseurs potentiels et gagner leur confiance. Rédiger un document aussi massif a l’air plus facile à dire qu’à faire. Quelles informations faut-il inclure dans le plan ? Comment présenter les informations de la meilleure manière possible ? Dans ce tutoriel pour débutant, je vais couvrir les principaux chapitres d’un business plan. N’ayez pas peur de la tâche périlleuse qui vous attend ! Avec du travail dur et du dévouement, vous atteindrez votre destination.

Avant de vous mettre au travail, observez les quatre principes qui vous guideront au long de ce challenge.

1. Soyez concis.

Veillez à ce que votre business plan ne contienne que les informations essentielles, sans digressions ou remarques impertinentes. Voici pourquoi la brièveté est si importante:

  • Vos lecteurs potentiels ne doivent pas avoir peur rien qu’en regardant votre business plan. Qui voudrait passer des heures à parcourir un document de 65 pages (surtout s’il y a des tableaux et des diagrammes)?
  • Ce qui est délicat avec le business plan, c’est que le travail de rédaction n’est jamais terminé. Au fil des avancées de votre entreprise, vous devrez faire des ajustements systématiques sur votre document. Le problème quand le business plan est volumineux est qu’il est difficile de travailler avec. Cependant, un document léger et bien structuré est comme un livre de référence où on peut facilement trouver toutes les informations dont on a besoin.

2. Déterminez qui est votre public.

En rédigeant un business plan, pensez à vos lecteurs potentiels, à leurs besoins et à leurs capacités. Il ne faut jamais s’attendre à ce qu’un investisseur comprenne des termes médicaux sophistiqués ou des formules chimiques à deux lignes. Décrivez votre produit de manière à ce que tout le monde en saisisse l’essence. Cela peut être épuisant, surtout si vous n’avez pas l’habitude d’ajuster votre vocabulaire pour que des non-professionnels puisse comprendre. Si vous ressentez le besoin de vous arrêter sur certaines facettes de votre idée, fournissez des statistiques supplémentaires et des visuels dans des appendices (après tout, c’est à ça que ça sert).

3. Gardez la tête haute.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, la plupart des entrepreneurs n’ont pas de MBA ou de diplôme en économie. N’ayant pas de compétences professionnelles, ils doivent apprendre sur le tas à diriger une entreprise. Il faut du courage pour lancer une entreprise sans aucune expertise, vous ne trouvez pas ? Cependant, si vous êtes vraiment passionné par votre projet, vous n’aurez aucun problème pour créer un business plan et le tenir à jour. Et vice-versa. Si vous n’avez pas foi dans votre projet, vos immenses compétences en business ne serviront à rien.

Une dernière chose. Commencez avec une esquisse de votre plan (2-3 pages) pour avoir une idée générale de votre destination. Une fois que vous avez pied, vous pouvez commencer à développer votre mini-stratégie pour ajouter plus de détails. En y allant doucement, vous serez moins intimidé par la tâche.

4. Faites des recherches.

Avant de commencer, vous devriez rechercher quelques business plans créés spécifiquement pour votre industrie (restaurant, salon de beauté, boutique en ligne, etc.). Prenez note de la structure des documents, du langage utilisé par les auteurs, comment les différentes valeurs sont calculées, etc. Il n’y a rien de mal à chercher à savoir comment les choses doivent être faites, surtout si vous ne faites pas partie des chanceux à avoir un ami ou un collègue qui s’y connaît. Cliquez ici pour découvrir des exemples de business plans finalisés. Vous pouvez trouver plus de templates en cherchant sur Google “business plan café”, “business plan pharmacie”, etc.

Six chapitres à inclure dans votre business plan

Maintenant que nous avons défini les principales règles pour créer un business plan cohérent, voyons de plus près son contenu. C’est ce sur quoi nous nous concentrerons dans la suite de l’article. A la fin du texte, je fournirai quelques liens pratiques qui complèteront parfaitement ce tutoriel.

La plupart d’entre nous associons les documents (et la papeterie administrative en général) à un travail ennuyeux et purement théorique qui n’a rien à voir avec la réalité. Je trouve qu’il est de mon devoir de mettre fin à ce mythe ou cela pourrait devenir un sérieux obstacle dans votre quête de business plan. Un business plan réussi est un puissant atout pouvant vous aider à bien démarrer et à exploiter au mieux vos talents. C’est une stratégie ajustable qui doit être actualisée et revue de temps en temps. A mesure que vous comprendrez le comportement de vos clients et détecterez des failles dans vos prévisions, vous ferez des ajustements sur certains chapitres de votre business plan. Votre document principal doit toujours être pratique, vous aider à suivre vos accomplissements, à réviser votre branding et à corriger votre itinéraire.

Comment écrire un business plan

1. Le résumé

Votre business plan doit commencer par une brève description de votre projet. N’en faites pas trop : deux pages suffiront amplement pour présenter votre idée. On trouve parfois un résumé en toute fin de document.

2. Les opportunités

Dans ce chapitre, vous devez prouver qu’il y a une demande pour un certain service ou produit, comme une opportunité pour vous de monétiser votre expertise. De plus, c’est là que vous devez mettre en avant vos futurs clients et rivaux.

3. L’implémentation

Comment allez-vous bénéficier de l’opportunité existante et combler le vide ? Comment allez-vous vous faire remarquer parmi les offres des concurrents ? Comment savez-vous si le concept de votre business est un hit ou un flop ? Cette partie de votre document est d’une importance capitale, donc assurez-vous de la réussir.

4. L’équipe et la société

Vous n’y avez peut-être jamais pensé, mais les idées ne sont pas les seules choses que les investisseurs recherchent. Parfois, une équipe forte et compétente vaut une dizaine de bonnes idées. Faites de votre mieux pour présenter vos collègues sous le meilleure angle possible. Parlez des spécialistes que vous avez dans votre équipe et de leurs meilleures qualités, personnelles comme professionnelles. De quels autres talents avez-vous besoin pour finaliser votre équipe ? Si vous êtes nouveau dans une niche, prenez quelques lignes pour parler de comment vous (et vos partenaires peut-être) avez créé et fait grandir votre firme.

5. Le plan financier

Un plan financier contient une série de prévisions concernant les dépenses et profits de votre entreprise, ainsi que la quantité d’argent reçue et payée par votre société. Ce n’est pas une exagération de dire que ce chapitre est la colonne vertébrale de tout votre document car elle dit à vos investisseurs potentiels si ça vaut la peine d’investir dans votre idée.

Le plan financier

6. Les appendices

Les appendices contiennent des descriptions détaillées, des graphiques et des illustrations qui n’ont pas pu se retrouver dans la partie principale du document. Si vos lecteurs doivent en savoir plus sur un certain aspect de votre entreprise, ils trouveront les appendices extrêmement pratiques.

Mais maintenant examinons chaque chapitre de plus près. Pour faire une bonne première impression, chaque chapitre de votre plan doit accomplir ses fonctions spécifiques et ne pas empiéter sur les autres parties de votre document. Autrement, votre plan aura l’air irrégulier, ce qui compromettra vos efforts.

Le résumé

Le résumé

En lisant votre résumé, les investisseurs potentiels découvrent votre firme pour la première fois. Dites à vos lecteurs qui vous êtes, quel type d’aide (financière ou autre) vous attendez d’eux et pourquoi votre projet est un bon candidat à leur support. Ne noyez pas le poisson. Soyez direct. Voici une astuce qui peut vous faire gagner beaucoup de temps. Commencez par le chapitre “Opportunités” et gardez le résumé pour le dessert, quand vous avez le plan en entier devant vous. Pourquoi ? Après avoir rédigé tous les chapitres du business plan, vous pourrez créer un résumé plus consistant et mieux structuré. On peut dire sans se tromper que le résumé est un document indépendant mettant en avant les éléments clés de votre business plan. Pour un investisseur aguerri, parcourir votre résumé sera suffisant pour voir si votre projet vaut la peine d’être réalisé. Si votre résumé réussi à susciter l’intérêt de votre lecteur, celui-ci vous demandera plus d’informations, ce qui veut dire que vous aurez fait un pas de plus vers votre objectif ! Ceci nous mène à l’idée que votre résumé sert de catalyseur pour votre projet. En même temps, vous devez garder en tête que le résumé doit être un extrait succinct de votre business plan. Si vous vous retrouvez à en écrire la troisième page, retournez en arrière et supprimez quelques passages.

En rédigeant un résumé, respectez la structure ci-dessous.

Donnez une description succincte de votre projet.

Commencez le résumé en définissant votre idée votre entreprise en une phrase. C’est une de ces tâches qui semble être du gâteau mais finit par prendre des heures. Utiliser votre slogan est une approche mais seulement s’il est descriptif et indique clairement l’industrie dans laquelle vous évoluez.

Le problème

Si le marché ne fournit pas un produit ou un service dont les clients ont besoin, il y a un vide entre la demande et l’offre. Chaque entreprise essaye de faire ressortir une niche du marché et de remplir ce vide. Fournissez des données sur le problème que vous réglez. Qu’est-ce qui vous fait croire que ce problème n’a pas été résolu par d’autres sociétés d’une manière ou d’une autre ?

La solution

Vos services ou vos biens sont une réponse possible au problème. Comment allez-vous attaquer ce besoin existant ?

Le marché cible

Faites un gros plan sur votre consommateur moyen. Quel âge a-t-il ? Quelle est son activité ? Quelles sont ses valeurs clés ? L’étape suivante sera d’évaluer la taille de votre marché cible. Combien de clients sont prêts à dépenser leur argent durement gagné pour se procurer votre produit ? Ne faites pas de suppositions. Faites une étude du marché pour pouvoir faire des estimations plus ou moins précises. A moins de vouloir désinformer vos lecteurs, vous devez éclaircir les choses. Si vous fabriquez une crème contre l’arthrose, cela ne veut pas dire que vos efforts s’adressent à tout le monde parce que chacun court le risque d’avoir des douleurs musculaires. Plus vous êtes précis, plus il sera facile de développer une stratégie marketing adaptée et visant un groupe de consommateurs spécifique.

Les rivaux

Comment procède votre public cible sans le produit dont il a besoin ? A-t-il accès à des produits de substitution ? A quel point votre produit est-il meilleur que ce qui lui est proposé ? Prenez suffisamment de temps pour étudier vos concurrents potentiels, y compris les concurrents indirects.

L’équipe

Parlez des membres de votre équipe, qui sont aussi dévoués à votre projet que vous-même. Comme je l’ai déjà dit, l’équipe est la composante principal, dont l’importance est souvent minimisée. Sans un groupe dévoué de personnes pensant comme vous, votre idée d’entreprise, bien que prometteuse, échouera à coup sûr. Listez les forces de vos partenaires et employés. Parlez des raisons de leur intérêt pour l’entreprise. Faites en sorte que vos lecteurs croient en votre équipe autant que vous-même.

L’équipe

La stratégie financière

Citez des extraits essentiels de votre chapitre “Stratégie financière”, dont les ventes que vous prévoyez de faire, les coûts et la profitabilité. Les suites de chiffres peuvent paraître déroutantes, donc pensez à une manière de visualiser vos informations financières pour une perception plus aisée. Utilisez des diagrammes et des graphiques.

Le financement

Recevoir du financement pour un projet est la raison la plus courante derrière la rédaction des business plans. Si c’est votre cas, utilisez cette section pour identifier vos besoins. De quel capital avez-vous besoin et quand ? Comment trouverez-vous cette somme ? Il n’est pas du tout nécessaire de parler de la période d’investissement à une étape aussi précoce du projet. Si votre idée vous obtient le feu vert, vous aurez suffisamment d’opportunités de négocier cette question avec votre ou vos investisseurs.

Etapes clés et avancées

N’ayez pas peur de mettre vos investisseurs au courant de ce que vous avez déjà accompli. Si par exemple, vous avez déjà des personnes excitées par votre produit, n’hésitez pas à en parler à vos lecteurs. Montrez que vous n’êtes pas resté assis à attendre que l’argent arrive dans vos poches ! De plus, définissez les principaux objectifs que vous comptez atteindre au cours des prochains 1 à 3 ans.

Il y a une grande différence entre préparer un business plan pour vos collègues et pour des étrangers. Si vous créez un guide pour une utilisation interne par vos collègues, n’hésitez pas à omettre certaines sections ou à exclure entièrement le résumé. Un business plan interne a une structure flexible, donc n’hésitez pas à prioriser les choses qui comptent le plus pour vos employés.

Les opportunités

Les opportunités

Si vous choisissez d’écrire votre résumé en dernier, ce chapitre sera le début de votre périple. Parlez du problème existant. Comment avez-vous découvert que le marché est dépourvu d’un certain produit ? Qui sera potentiellement intéressé par votre offre ? Comment votre produit entrera-t-il dans l’environnement actuel du marché ? Votre solution a-t-elle un avantage vis-à-vis de celles des autres entreprises ? Comptez-vous faire évoluer votre modèle et compétir avec de plus grands acteurs ?

Les lecteurs découvrent ce chapitre en étant préparés car le résumé les a déjà briefés. Néanmoins, vous devez toujours amplifier certaines des questions auxquelles vous avez répondues dans votre résumé.

Le problème et la solution

Parlez de la demande insatisfaite sur le marché selon vous. Y at-il quelque chose que les consommateurs aimeraient avoir et que le marché ne peut pas encore proposer ? Comment comblent-ils le déficit actuellement ? Qu’est-ce qui ne va pas avec les substituts existants ? Sont-ils trop chers ou n’ont-ils pas les qualités nécessaires ?

Le problème et la solution

Que pouvez-vous faire pour améliorer la situation actuelle ? La réponse à cette question constitue la base de votre business plan. Ainsi, la façon dont vous présentez cette information aura son rôle dans votre obtention ou non du feu vert de vos investisseurs. C’est tout à fait logique si vous voulez mon avis. Si vous n’arrivez pas à définir le problème actuel, vous pourrez à peine créer une stratégie commerciale suffisamment viable pour susciter l’intérêt de vos investisseurs. Pour convaincre vos investisseurs que vous pouvez répondre aux besoins de vos consommateurs, vous devez le croire vous-même. Echangez avec des personnes ayant des besoins réels. Demandez-leur si le problème (qui existe selon vous) les importune. Si vous recevez beaucoup de réponses positives, félicitations ! Cela veut dire que votre solution a une chance d’entrer sur scène. Présentez votre idées aux consommateurs et demandez-leur leur opinion. Approuvent-ils votre proposition ? Ecoutez leurs suggestions. Faites face à la critique, si vous en recevez. Connaissant le problème à la base, vos clients potentiels peuvent avoir quelques bonnes suggestions pour votre solution. Après avoir fait suffisamment d’études sur le terrain, vous pouvez formuler votre solution avec des mots. A quoi ressemble votre produit et quelles fonctions remplit-il ? Comment améliorera-t-il la qualité de la vie des clients ? Quelles techniques de vente allez-vous appliquer ? Vous pouvez aller plus loin en fournissant quelques exemples de façons dont on peut profiter de votre produit ou service dans la vie réelle.

Le marché cible

Vous pouvez maintenant vous concentrer sur le segment de marché que vous ciblez, c’est-à-dire les personnes à qui vous espérez vendre votre produit. La longueur de votre développement dépend du type de business plan. Vous devez néanmoins savoir qui sont vos clients potentiels et combien d’entre eux sont vraiment intéressés par votre produit. Si ce nombre est faible, les investisseurs pourraient remettre en question le fait de soutenir votre projet. Avant de faire une étude marché à grande échelle, faites un travail de préparation. Définissez un ou plusieurs segments cibles, c’est-à-dire les personnes pouvant bénéficier au mieux de votre produit ou service.

Comme je l’ai déjà dit, évitez de faire l’erreur de confondre votre poule entière de consommateurs et votre segment cible. Disons que vous vendez des vestes. Si les vestes sont portées par toutes les tranches de la population, vous devez isoler une ou deux catégories de consommateurs (commis de bureaux, écoliers, jeunes femmes suivant la mode, etc.).

Voici un schéma pour vous aider à déterminer les limites de votre niche cible en allant du haut vers le bas :

  • votre marché disponible inclut tous les consommateurs à qui vous aimeriez vendre votre produit;
  • votre marché segmenté fait partie de votre marché disponible que vous allez cibler;
  • votre part de marché fait partie de votre marché segmenté à qui vous vendrez votre produit dans les deux prochaines années.

Décrivez maintenant la situation sur chaque marché. Quelles sont les tendances qui le définissent ? Le marché est-il en croissance ou en chute ? Comment la situation évoluera-t-elle ?

Vous pouvez maintenant vous concentrer sur le portrait générique de votre client potentiel, en incluant son genre, son âge, ses revenus, son activité, son comportement, ses hobbies, ses habitudes, etc. N’ignorez pas ce travail car cela paiera quand vous développerez une stratégie marketing pour rapprocher votre produit et votre public.

Les clients clés

Si votre base de clients contient plusieurs grandes sociétés passant de grosses commandes et garantissant le succès de votre entreprise, vous devriez fournir plus d’informations sur celles-ci. Quel est le secteur d’activité de vos clients majeurs ? Pourquoi vous choisissent-ils comme fournisseur ? De quelle manière leur demande définit l’offre sur votre marché ? Cependant, si vos clients sont surtout des particuliers achetant votre produit en petite quantité, vous pouvez ignorer cette étape.

Les concurrents

Après avoir décrit votre public cible, concentrez-vous sur les entreprises avec lesquelles vous partagerez la scène. Quelles sont les autres sociétés ou entrepreneurs qui essayent de résoudre le même problème que vous ? Pourquoi pensez-vous que les clients préféreront votre produit à ce que vos concurrents proposent ?

Si vous avez parcouru quelques business plans, vous avez peut-être vu que ce type d’informations est souvent présenté sous la forme d’une “matrice concurrentielle”. En gros, c’est un tableau dans lequel votre produit est comparé à ses alternatives. Dans la première colonne, listez les noms de vos principaux rivaux. Sur la ligne horizontale du haut, listez les critères de comparaison (prix, qualité, praticité, etc.). Si la solution d’un rival répond à un certain critère, cochez la cellule au croisement de la colonne et de la ligne. Ici, vous devez montrer que votre solution devance les autres offres (ou qu’elle est au moins différente). La matrice concurrentielle est un moyen intelligent de visualiser vos avantages concurrentiels.

Ne faites pas l’erreur que font les entrepreneurs novices en affirmant que votre produit est unique en son genre et que vous n’avez pas de concurrents. Vous n’avez juste pas assez bien regardé ! Il y a la concurrence directe et la concurrence indirecte. Vos concurrents directs créent des produits et services qui sont très similaires (ou même identiques) au vôtre. Les concurrents indirects proposent une manière totalement différente de résoudre le même problème. S’ils sont plus difficiles à détecter, les concurrents indirects ne doivent pas être sous-estimés. Ils peuvent avoir une grande influence sur le succès de votre entreprise. Au début du XXe siècle, la légendaire usine Ford n’avait pas de constructeurs automobiles en concurrence. Cependant, le véhicule nouvellement créé de Ford devait faire face aux moyens de transport traditionnels comme les chevaux, les vélos et autres. Le pionnier de l’automobile devait convaincre les clients que son invention était meilleure que tout ce qu’ils avaient connu jusque là.

Les futurs produits et services

Partagez vos plans pour le futur avec vos investisseurs et donnez-leur une idée de là où vous emmenez votre entreprise. Comptez-vous élargir votre offre ? Quels autres domaines d’activité aimeriez-vous rejoindre ? Qu’est-ce qui vous fait penser que vous pouvez affronter les défis de l’expansion ?

Si faire des plans sur le long terme est une bonne chose, essayez de ne pas vous perdre. Evitez de trop entrer dans les détails et de susciter trop d’espoir auprès de vos investisseurs. Vous ne savez jamais ce que vous réserve le futur, surtout si vous n’avez pas encore lancé votre projet.

L’implémentation

L’implémentation

Vous devez maintenant parler de la manière dont vous allez réaliser vos idées pour votre entreprise. Ce chapitre couvre généralement les aspects tels que les événements promotionnels, la stratégie commerciale, le fonctionnement quotidien, les étapes clés, les critères de succès et bien plus.

Le marketing et les ventes

Ces deux stratégies majeures couvrent un grand ensemble d’éléments en répondant aux questions suivantes : Quelles techniques et pratiques allez-vous utiliser pour faire la promotion de votre produit ? Allez-vous tester des outils de promotion uniques dont ne disposent pas vos concurrents ? Quelle partie du marché allez-vous viser ? Quels facteurs affecteront vos prix ? Avant de vous lancer sur ces documents majeurs, assurez-vous d’avoir bien défini les segments que vous visez et le client idéal. Vous ne pouvez pas obtenir un plan marketing avancé sans savoir exactement à qui vous vendrez votre produit.

Le positionnement

Faites particulièrement attention à la manière dont vous présenterez votre produit ou service sur le marché. Le positionnement, c’est l’image de votre société et de ses produits aux yeux des clients (d’abord) et des autres acteurs du marché. Votre produit s’adresse-t-il aux personnes ayant des revenus élevés ou à celles ayant un style de vie modeste ? Proposez-vous une solution unique ou une solution facilement remplaçable ? Vous devez savoir exactement qui vous êtes.

Une stratégie de positionnement se base sur une connaissance solide de la situation actuelle du marché. Voici les questions pour vous aider à comprendre votre place dans votre niche. Votre solution a-t-elle des qualités ou caractéristiques que l’on ne trouve nul part ailleurs ? Quels facteurs affectent les décisions d’achat de votre client potentiel ? Pourquoi pensez-vous que les clients choisiront votre produit plutôt que d’autres propositions ? Comment vos rivaux se positionnent-ils ? Quelles idées de positionnement pouvez-vous leur emprunter et ajuster pour votre business model ?

La tarification

Votre stratégie de positionnement est étroitement liée à votre modèle de tarification. En fait, c’est un facteur majeur affectant le prix de votre produit ou service. En regardant votre prix, les gens pourront comprendre s’il leur est proposé un produit premium ou un produit de masse.

Déterminer votre prix final est un processus difficile nécessitant une concentration complète et des calculs précis. Il n’y a pas de place dans votre business plan pour des chiffres aléatoires vous passant par la tête. Chaque chiffre doit être fiable. Vous n’avez qu’une chance de définir un prix, donc veillez à le faire correctement la première fois. Ajuster votre prix juste après avoir lancé votre produit sera à la fois coûteux et amateur. Chaque proposition de valeur est unique. Cependant, voici quelques règles de base que chaque producteur doit suivre religieusement :

  • Votre prix doit couvrir entièrement vos coûts de production et vous faire gagner de l’argent (du profit). En d’autres termes, vous devez facturer plus que ce que vous avez dépensé pour fabriquer le produit.
  • Votre prix ne doit pas nécessairement représenter la plus grande partie de vos revenus. Vous pouvez facturer les services liés à un produit plus que le produit lui-même. Cette règle ne fonctionne que pour un ensemble limité de produits, généralement ceux créés pour un usage sur le long terme (gadgets, appareils électroniques, etc.)
  • En définissant votre prix, veillez à étudier la situation actuelle sur le marché, y compris la taille de l’offre et de la demande, les tendances de croissance et de chute, les attentes des consommateurs, etc. Votre politique tarifaire doit être conforme à la situation du marché.

Voici trois modèles de tarification majeurs :

  • En utilisant l’approche “cost plus”, vous définissez votre prix à un niveau supérieur aux coûts initiaux. Cette pratique est communément utilisée par les sociétés de production.
  • Le “market pricing” est une approche de tarification complètement différente, où votre prix dépend des capacités financières du segment du marché que vous visez.
  • Si vous utilisez un modèle de tarification basé sur la valeur, vous définissez votre prix selon la valeur que vous proposez à vos clients. Par exemple, vous nettoyez des maisons et faites gagner à vos clients une heure par semaine. Si pour eux, une heure de travail vaut 40 dollars vous pouvez facturer votre travail à, disons, 25 dollars.

La promotion

Après avoir étudié le positionnement et la tarification, il est temps de passer à la promotion. Dans votre stratégie de promotion, vous parlez de comment vous comptez pousser votre produit sur le marché, attirer l’attention des clients et gagner leur fidélité, réagir aux retours de vos clients et plus. Veillez à bien réfléchir au développement d’un plan détaillé et élaboré. Sur le long terme, une stratégie inefficace fera un trou énorme dans votre budget. Vous ne voulez pas gaspiller l’argent de vos investisseurs, n’est-ce pas ?

Une bonne stratégie de promotion doit couvrir les questions suivantes.

L’emballage

Qui n’aime pas les bonnes choses dans un bel emballage ? L’apparence de votre produit est un facteur énorme dans la décision d’achat de vos clients. Votre emballage doit respecter le thème de votre proposition de valeur et faire que votre produit sorte du lot. Imaginez que votre produit soit sur une étagère de supermarché. Comment attirez-vous l’attention du client rien qu’avec des méthodes visuelles ?

La publicité

Parlez des types de publicité auxquels vous aurez recours. Êtes-vous déterminé à exploiter les opportunités de la publicité en ligne ou ferez-vous surtout confiance aux plateformes traditionnelles (journaux, radio, etc.) ? De plus, vous devez dire aux investisseurs quels outils et éléments vous utiliserez pour mesurer l’efficacité de votre campagne publicitaire.

Les relations publiques

Si vous voulez atteindre autant de personnes que possible, il n’y a pas vraiment de meilleur moyen de le faire qu’en mettant votre produit sous le projecteur des médias de masse. Un bon et détaillé test de produit dans un journal ou un magazine populaire, en ligne ou hors-ligne, vaut un millier de publicités ! En découvrant votre offre sur une source fiable, les gens seront curieux d’essayer votre produit. En utilisant des techniques de relations publiques intelligentes et la force du storytelling, vous pouvez améliorer votre visibilité, bâtir des relations robustes avec le public et créer une forte réputation pour votre projet.

Les relations publiques
Le content marketing

Le content marketing, c’est fournir à vos clients des informations utiles liées à votre service ou à votre produit. Par exemple, si vous vendez des meubles, vous pouvez publier des articles sur le design d’intérieur, les moyens de nettoyage efficaces, les expositions de meubles et bien plus. En publiant du contenu de ce type, vous montrez que vous vous intéressez à ce qui se passe dans l’industrie et aux dernières tendances.

Les réseaux sociaux

Aujourd’hui, les réseaux sociaux sont sans aucun doute la force derrière chaque campagne promotionnelle. Pour de plus en plus de clients, les réseaux sociaux sont devenus la principale source d’informations sur les nouveaux produits, les offres spéciales et les tendances du marché. Cela ne veut pas du tout dire que vous devez vous inscrire sur tous les réseaux sociaux qui existent. Vous n’aurez tout simplement pas le temps de gérer et de tenir à jour un grand nombre de pages ! Par conséquent, vous ne devez établir votre présence en ligne que sur les réseaux sociaux utilisés par votre public cible.

Les partenariats

Parfois, pour créer et faire la promotion d’un produit, plusieurs sociétés doivent associer leurs expertises, compétences et ressources. Par exemple, votre partenaire a un brevet pour fabriquer des appareils électroniques ou utilise des pratiques publicitaires intelligentes pouvant faire décoller vos ventes. Si vous avez signé des accords de partenariat (ou si vous comptez le faire), veillez à mentionner ce point dans votre business plan.

Les opérations quotidiennes

Cette section peut contenir les schémas logistiques, le traitement des commandes, le service client, les formalités administratives et d’autres tâches quotidiennes qui sont cruciales pour les performances de votre entreprise.

Les fournisseurs et la livraison

Si vous faites de la revente de produits fabriqués par d’autres firmes, vous devez donner une description détaillée du processus entier. Avec quels fournisseurs allez-vous travailler ? Comment les produits vous seront-ils livrés et comment allez-vous les livrer au client final ? Faites une analyse rapide des relations de l’entreprise avec les fournisseurs étrangers ; travailler avec des firmes internationales peut être très différent de travailler avec des entreprises locales.

Les technologies

Si vous travaillez pour une société axée sur la technologie, vous devez regarder les technologies derrière votre processus de fabrication. Quelles solutions et outils vous permettent de créer un meilleur produit de manière plus efficace ? Gardez en tête que vous n’êtes pas obligé de partager vos secrets commerciaux ou de révéler des informations sensibles. Votre tâche est de fournir une analyse globale de votre technologie et d’expliquer en quoi vous faites mieux que les solutions similaires. Si vos lecteurs veulent que vous développiez plus ce thème, vous pouvez fournir des informations supplémentaires dans un appendice ou un document distinct. Cependant, vous devez décider vous-même ce que vous voulez révéler. Si vous n’êtes pas sûr de certaines informations, il vaut mieux ne pas en parler.

La distribution

La distribution, c’est comment votre produit se retrouve entre les mains de vos clients. Chaque niche du marché a ses propres pratiques et modèles de distribution, et la vôtre ne fait pas exception. Concentrez-vous sur la description de la procédure que vous suivez pour livrer vos produits au client final. Ce qui marche pour vous peut ne pas marcher pour d’autres sociétés de votre niche. Prenez donc le temps de vous pencher sur les schémas de distribution de vos concurrents.

J’ai détaillé ci-dessous les modèles de distribution les plus populaires.

La vente directe

Qu’y a-t-il de plus simple et de plus direct que de vendre vos produits directement à vos clients ? Pas de plateformes, d’agents ou d’autres intermédiaires. Juste deux parties faisant affaire. Parce que vous n’avez pas à payer de commission à une intermédiaire, vous pouvez vous permettre de fixer un prix plus bas, ce que vos acheteurs apprécieront. Le plus dur avec ce modèle, c’est comprendre comment minimiser les coûts pour faire passer vos produits des entrepôts à vos acheteurs. Mis à part cela, le modèle de vente directe est idéal pour les petites start-ups.

La vente directe
La revente

Si vous êtes à la tête d’une grande société de revente, il vous est impossible de gérer les contacts avec tous vos fournisseurs, dont le nombre peut atteindre plusieurs centaines de milliers, voire plus. Gérer cela seul peut mettre beaucoup de pression sur votre entreprise en termes d’argent comme de temps. La solution est d’acheter des produits auprès de grands distributeurs ayant leur propre base de données de fournisseurs. En échange de leurs services, vous devrez partager vos revenus avec votre distributeur.

Les représentants de sociétés de fabrication

Pour la plupart, ces représentants sont des vendeurs particuliers s’occupant de la promotion de votre produit sur différents canaux de distribution en échange d’une commission. L’avantage avec ce modèle, c’est que vos représentants ont des liens profonds avec des revendeurs, ce qui vous évite de vous faire des contacts vous-même.

La production de machinerie/d’équipement

Si vous êtes un fabricant, vous pouvez fournir vos pièces détachées ou vos mécanismes à d’autres entreprises qui les utilisent pour leurs produits finaux. Ce modèle de distribution est très courant dans l’industrie automobile. Pour la plupart des grandes sociétés automobiles, se procurer des pièces détachées pour leurs véhicules auprès d’autres fabricants revient moins cher que de les produire eux-mêmes.

Gardez en tête que vous n’êtes pas obligé de vous limiter à un seul modèle de distribution. Vous pouvez faire une combinaison de deux schémas de distribution (ou même plus) allant avec votre entreprise. Adapter les pratiques courantes à vos besoins est une excellente compétence dont vous aurez besoin à chaque étape.

Les étapes clés et les indicateurs

Partager vos plans pour l’avenir est le meilleur moyen de donner un souffle de vie à votre business plan et d’en faire un document viable et persuasif. Montrez à vos investisseurs potentiels que vous savez où va votre entreprise. Esquissez les étapes clés que vous comptez atteindre au cours des 1-3 prochaines années. Veillez à définir des objectifs atteignables, c’est-à-dire que vous avez suffisamment d’expertise et de ressources pour les atteindre. Si par exemple, vous fabriquez des lampes de chevet, vos étapes clés peuvent être le développement d’un logo, la signature d’accords, le lancement du produit, l’extension vers des marchés à l’étranger, etc.

La progression actuelle

Si vos étapes clés représentent le travail qu’il reste à faire, votre section “progression actuelle” décrit vos premières réussites en tant qu’entrepreneur. Votre objectif est de convaincre vos lecteurs que vous pouvez mener à bien un projet commercial qui générera de l’argent. Parlez à vos investisseurs potentiels du nombre d’exemplaires de votre produit que vous avez déjà vendus, des accords que vous avez signés, des avis que vous avez reçus, etc. En voyant qu’ils ont affaire à une entreprise prometteuse, les investisseurs seront plus pressés de vous donner le financement dont vous avez besoin.

Les indicateurs de succès

A la suite des étapes clés et des réussites, vous devez lister les chiffres principaux que vous utiliserez pour mesurer votre succès commercial. En suivant ces chiffres, vous pourrez détecter les éventuels problèmes et failles tôt dans le développement du projet, et les corriger rapidement. Si vous êtes à la tête d’une boutique de vêtements, vous pouvez suivre le nombre de commandes par mois ou le nombre de clients récemment inscrits.

Les indicateurs de succès

Les suppositions

Faire des suppositions est une partie organique du lancement d’une entreprise. Par exemple, en présentant un produit innovant, vous supposez que les gens en ont vraiment besoin et que par conséquent, ils vont dépenser leur argent dessus. Si vous faites la promotion de votre produit en ligne, vous faites des suppositions sur les coûts liés à la publicité, etc. Si certaines suppositions peuvent vous sembler évidentes, vous devez toujours les mentionner dans votre business plan et prouver qu’elles sont vraies. Ceci augmentera vos chances d’obtenir du financement.

L’équipe et la société

Ce chapitre doit parler à vos lecteurs de la hiérarchie au sein de votre société et de vos collègues. Vos investisseurs potentiels doivent savoir qui sont les gens derrière votre idée et s’ils ont l’expertise et l’énergie pour bâtir une entreprise rentable à partir d’une idée ambitieuse.

L’équipe et la société

L’équipe

Comme je l’ai déjà dit, les investisseurs sont particulièrement attirés par les personnes plutôt que par leurs idées. Au pire, un business angel préférera financer une idée de deuxième classe gérée par une équipe professionnelle, plutôt que faire confiance à des personnes peu fiables ayant une idée incroyable. Qu’est-ce qui vous fait croire que vous pouvez réaliser tout ce que vous avez planifié ? Avez-vous des personnes inspirées avec vous, aussi dévouées que vous à votre projet ? Ces gens ont-ils les compétences nécessaires pour effectuer leurs tâches respectives ? Leurs portfolios contiennent-ils des projets similaires ? En plus de répondre à ces questions générales, concentrez-vous sur chaque membre de l’équipe. Parlez du parcours, de la carrière, de l’expérience et des traits de personnalité avantageux de chaque employé. De plus, décrivez le rôle et les fonctions de chaque employé au sein de votre projet.

N’en faites pas trop en essayant de présenter vos collègues sous le meilleur angle possible. Evitez les postes contenant les mots “en chef” ou “directeur” comme “Directeur de la clientèle”, “Directeur financier”, etc. La plupart du temps, les employés n’ont pas suffisamment d’expérience pour justifier leur titre reluisant. La meilleure chose à faire est de proposer des postes bas pour motiver vos collègues à avancer, explorer de nouveaux horizons et évoluer dans la hiérarchie.

Il est vital de comprendre que ce n’est pas grave si vous n’avez pas une équipe prête à démarrer au moment où vous créez votre business plan, surtout si votre projet est toujours aux premières étapes de son développement. Vous n’avez peut-être pas trouvé les bonnes personnes pour le travail, ce qui est tout à fait normal. Il vaut mieux attendre le bon candidat que recruter le premier venu. En admettant honnêtement que vous cherchez toujours certains experts, vous montrez que vous savez ce dont votre société a besoin et ne ferez pas de concessions en acceptant des candidats ne répondant pas aux attentes. Une fois que vous avez réglé toutes les questions liées au personnel, passez à la structure organisationnelle de votre entreprise. Vous pouvez inclure le schéma organisationnel dans un de vos appendices. Ne laissez pas passer l’occasion de prendre du recul et de voir votre société avec l’oeil d’une personne externe. En voyant un schéma organisationnel intelligent et bien fait, vous pourrez voir de quels autres spécialistes vous avez besoin pour renforcer votre équipe, comment réagencer les équipes existantes pour de meilleurs performances, etc.

Aperçu de la société

C’est probablement la section la plus courte (mais pas la plus simple) de votre business plan. Elle aborde la mission, la forme légale, l’emplacement et l’historique de votre société. De plus, elle touche aux droits de la propriété intellectuelle. Si vous écrivez un business plan pour un usage interne, vous pouvez ignorer cette section car vos collègues et partenaires connaissent probablement déjà ces fondamentaux sur le bout des doigts.

La mission

Evitez l’erreur courante de décrire votre mission sur plusieurs pages. Limitez-la à quelques phrases résumant là où vous allez avec votre projet et comment vous comptez améliorer la situation sur le marché. Dans certains cas, votre proposition de valeur peut vous servir de mission.

La mission

La propriété intellectuelle

Si vous évoluez dans les technologies et la science, votre document principal sera incomplet jusqu’à cette section. Listez tous les brevets déposés à votre nom, ainsi que les brevets en cours. Si vous utilisez une technologie licenciée appartenant à une autre entreprise, attardez-vous sur les termes de la licence. Comment exactement êtes-vous autorisé à utiliser cette technologie en particulier ? Quelle est la date d’expiration de votre licence ? Cependant, si vous n’avez pas à gérer la propriété intellectuelle au quotidien, n’hésitez pas à ignorer cette section.

La forme légale

Prenez une minute pour parler de la forme légale que vous avez choisie pour votre firme. Selon le pays où vous êtes enregistré, ça peut être LTD, LLP, GmbH, etc. Si vous avez un partenariat, expliquez comment les profits et les pertes sont distribués entre les partenaires.

L’historique

Si votre entreprise est présente sur le marché depuis quelques temps déjà, ce serait bien de donner à vos lecteurs un aperçu de son passé et des objectifs majeurs déjà atteints. Cette section peut être vue comme un point de départ pour l’ensemble de votre document. En lisant l’historique de votre société, vos employés fraîchement recrutés pourront découvrir votre parcours.

Le lieu

Concluez cette section avec l’emplacement actuel de votre entreprise et de ses lieux de stockage et de production (si vous en avez). Quelles sont les capacités de vos établissements ? Comptez-vous les améliorer, et de quelle manière ?

Le plan financier

Le plan financier

Enfin, nous arrivons au plan financier, qui est le dernier chapitre de votre document. Effrayés par le mot “financier”, les hommes d’affaires débutants craignent ce chapitre, pensant qu’il nécessite des connaissances en comptabilité. C’est cependant très loin d’être vrai. Ce qui est beau, c’est que vous n’avez pas besoin d’un doctorat en finance pour créer des rapports financiers poussés. On trouve facilement toutes les instructions utiles en ligne. Un plan financier standard comprend des projections mensuelles pour la première année et des projections annuelles pour les 3 années suivantes. Parfois, les investisseurs peuvent vouloir regarder les projections sur 5 ans, donc veillez à en avoir au cas où. Vous trouverez ci-dessous les principaux blocs d’informations composant un plan financier solide.

Les projections de ventes

Dans ce rapport, vous devez prédire la quantité de biens et services que vous allez vendre sur une période de temps donnée. Soyez succinct et évitez les détails et explications facultatifs. Si vous êtes une société de production, vous devriez créer plusieurs catégories basées par exemple des segments ciblés ou des produits clés. Pour chaque catégorie, calculez le coût des produits vendus (CPV). L’indicateur CPV n’inclut que que les coûts de fabrication d’un produit ou d’exécution d’un service. Il n’inclut pas les coûts de fonctionnement fixes tels que les frais de location, les coûts liés au personnel, etc. Si vous possédez un café, votre CPV correspondra à l’argent dépensé en graines de café, en thé, en pain pour les sandwiches, en cookies, etc.

Les projections de frais de main d’oeuvre

Dans cette partie de votre plan financier, vous devez voir la quantité d’argent que vous comptez dépenser en salaires pour vos collègues. Si vous avez une petite firme, vous pouvez faire une liste complète de votre personnel avec un salaire mensuel associé à chaque employé. Pour les plus grandes sociétés, il vaut mieux fournir les salaires regroupés par département, par exemple le département service client, le département commercial, etc. En plus, vous devez calculer la somme des coûts supplémentaires payés par l’employeur pour chaque employé. Ces coûts incluent les contributions au fond de garantie des salaires, les frais d’assurance, etc.

L’état du résultat global

Ce document met en avant vos performances financières en répondant à une question vitale : “Ma société fait-elle du profit ou des pertes ?”. Heureusement, vous avez déjà fait le travail de base car l’état du résultat global utilise des données de vos projections de ventes et de vos coûts de main d’oeuvre. Les indicateurs majeurs inclus dans l’état du résultat global sont : les ventes, le coût des produits vendus, les coûts de fonctionnement, les taxes, la dépréciation et l’amortissement, les revenus nets et quelques autres éléments. En conclusion, vous devez déduire vos coûts totaux de vos revenus totaux. C’est le moment de vérité, où vous découvrez si votre entreprise est viable économiquement.

Le tableau de financement

J’aimerais insister sur le fait que l’état du résultat global et le tableau de financement sont deux documents distincts caractérisant différents aspects de votre entreprise. Si le premier indique la quantité d’argent que vous gagnez et dépensez, le dernier reflète la quantité d’argent actuellement à votre disposition (en liquide comme en banque).

Vous ne comprenez toujours pas la différence entre les deux rapports ? Pour cela, vous devez faire la différence entre “liquide” et “revenus”. Disons qu’un client vous a commandé un produit. Vous avez livré le produit et envoyé une facture au client. Le client a environ 30 jours pour régler la facture. Bien que vous n’ayez pas reçu l’argent sur le coup, vous devez en avoir une trace dans votre état du résultat global au jour de la vente.

Le tableau de financement montre quelle quantité d’argent est actuellement disponible pour vous. A ce montant initial, vous devez ajouter l’argent (les revenus) qui ont été crédités sur vos comptes ou payés en liquide au cours du mois. En même temps, vous devez déduire vos dépenses (paiements de prêts, taxes, amendes, etc.). Ainsi, votre solde de trésorerie est calculé comme suit : somme initiale + revenus – dépenses.

Votre tableau de financement est une source d’informations pratiques pour vous aider à prendre des décisions stratégiques. Avoir suffisamment d’argent sur vos comptes signifie que vous pouvez vous permettre d’acheter des machines avancées pour votre usine ou avoir recours à un expert international. Inversement, un solde négatif peut être un signal pour contrôler vos dépenses plus soigneusement. En regardant votre tableau, vous pouvez déterminer la taille d’un prêt que vous devez rembourser pour couvrir vos dettes actuelles ou étendre votre entreprise. Prenez l’habitude de vérifier systématiquement votre solde. Ainsi, vous pourrez détecter les potentiels problèmes financiers et les résoudre rapidement, avant que les choses n’empirent.

Le tableau de financement

L’état de la situation financière

Voici le dernier virage ! Dans votre état de la situation financière, vous devez lister les montants liés à vos biens, vos passifs et vos capitaux propres. Pour trouver la valeur net de votre entreprise, vous devez déduire le total de vos passifs du total de vos biens.

Utilisation du financement

Si votre objectif est d’assurer le financement de votre projet, vous devez dire à vos investisseurs potentiels comment vous allez dépenser l’argent qu’ils vous donneront. Vous n’avez pas besoin de lister vos dépenses point par point au centime prêt. Priorisez les directions principales qui auront le plus besoin de financement (campagne promotionnelle, achat de machinerie, recherche, etc.).

Stratégie de sortie

Concluez votre chapitre “Plan financier” avec une stratégie de sortie décrivant comment vous quitterez le marché si vous y êtes forcé par les circonstances. On compte parmi les stratégies de sortie plusieurs méthodes et plans. Allez-vous vendez votre entreprise à un partenaire ? Lequel de vos partenaires sera attiré par l’idée d’acquérir vos biens ? Allez-vous lancer une offre publique initiale ? Veillez à avoir une stratégie de sortie robuste pour que vos investisseurs potentiels puissent au moins récupérer leur argent.

Les appendices

Les appendices

Si les appendices ne sont pas une partie obligatoire du business plan, peu d’hommes d’affaires laissent passer l’occasion d’aborder plus en détails les problèmes liés à leur projet commercial. Les appendices sont l’endroit parfait pour les gros tableaux et diagrammes, les descriptions détaillées, les listes de termes, les illustrations, les certifications et autorisations, les informations légales et autres contenus ne tenant pas dans votre business plan.

Ouf ! J’ai fini mon travail ! J’espère que mon tutoriel vous aidera à vous en sortir en rédigeant votre business plan. Si vous n’avez toujours pas de logo pour votre entreprise, consultez le service Logaster dès maintenant ! C’est gratuit et facile !

Pack identité de marque complète

Utilisez le créateur de logo Logaster pour lancer rapidement votre entreprise. Tapez le nom de votre entreprise et obtenez un pack de branding professionnel en 60 secondes! Essayez, c’est facile!

Au moins 3 caractères de long.